.Votre Avis sur le Livre-Contact.

Commentaires : 2
  • #2

    Justin Bélart (vendredi, 20 janvier 2017 23:05)

    L'ouvrage "Le fabuleux destin de Marciac", c'est le résultat : d'un travail acharné ; d'un amour de l'Histoire ; d'un regard à la fois scientifique et poétique sur le trajet aventureux d'un territoire ; et d'une passion d'enfance nichée au creux du cœur.

  • #1

    Louis Perrin (envoyé par courriel) (vendredi, 29 avril 2016 11:28)

    Merci pour ce livre sur Marciac, dont j'ai achevé la lecture, il est très bien documenté et écrit avec beaucoup d'humour et d'intelligence (et très bien fait).
    J'ai appris beaucoup de choses sur Marciac, son histoire, et sur le festival, tu as fait un super boulot, avec le regard malin que je te connais, et en plus un bon clin d’œil à Manhattan et au trombone-bastide.

    Désormais, je vais imposer aux futurs candidats-festivaliers de mes amis de lire cette prose (Bible) avant d'aller vers cette terre (sainte) de Jazz Gersoise !

    Louis Perrin, sculpteur (louis@artzep.com)

Commentaires : 13
  • #13

    Raoul LI-YUNG (mardi, 27 octobre 2015 13:52)

    Le 29/09/2015

    Bonjour,

    Bravo à l'équipe qui a rédigé, illustré et publié le bien bel ouvrage qu'est "Le fabuleux destin de Marciac" !

    Je l'ai vu dans les rayons au bureau de tabac du village, à la période du festival au mois d'août. A plusieurs reprises j'ai feuilleté quelques pages sans me résoudre à l'acheter.

    Quelques semaines après le festival, la sérénité revenue sans doute, de passage chez le même buraliste, je prends le temps de l'examiner de plus près avec l'intention de lever mon hésitation. Et je décide de l'acquérir.

    Je ne suis pas un grand lecteur, mais là j'ai lu d'une seule traite.

    Autant je suis attaché et sensible au patrimoine de toutes les époques, autant les histoires de rois, de dynasties, des guerres passées, me barbent assez vite au delà d'une certaine dose.

    Là j'ai trouvé là une narration pleine de vie, enjouée juste comme il faut sans verser dans un "ludisme" trop complaisant, apportant une somme d'informations et de connaissances roborative.

  • #12

    Jean-Pierre CALVIGNAC (vendredi, 13 mars 2015 14:40)

    Version auditive de la madeleine de Proust : durant un exil parisien qui devait s’achever en 2013, tout air de jazz entendu dans les couloirs du métro ou du RER me ramenait irrésistiblement vers Marciac, pourtant cher à mon cœur bien avant la première édition de JIM. À l’opposé, combien d’ « étrangers » ont-ils découvert Marciac en même temps que son festival, connu mondialement désormais ? Nul doute que pour eux, l’un et l’autre demeureront associés à jamais. Il n’est donc pas surprenant que dans l’ouvrage merveilleux de Jacques Barnouin, Pierre-Henri Ardonceau et Bernard Deubelbeiss, plus d’un quart des pages évoquent la jeune histoire de cet évènement annuel : à ce jour, une période de trente-sept ans, alors que l’histoire marciacaise en général est entrée dans son huitième siècle. On pourrait voir là quelque disproportion, mais il paraît bien naturel qu’un travail, même (et surtout ?) historique, apparaisse marqué par l’époque de sa réalisation. Au demeurant, le passé ne se trouve aucunement négligé : nul Marciacais n’ignore plus aujourd’hui, espérons-le du moins, que la fondation de la bastide se situe en 1298, et Jacques Barnouin nous fait découvrir toute la genèse du paréage ayant permis cette naissance ; mais un clin d’œil salue des temps infiniment plus reculés : « Ici prochainement dans 31.299 ans fondation de la ville de Marciac », lit-on dans un dessin ne manquant pas d’humour. Nous sommes « au temps de Cro-Magnon », et le site de Marciac n’est que forêts, au travers desquelles coulent Arros, Bouès et Laün... sans oublier les Pyrénées à l’horizon.
    Et à propos de « Marciac avant Marciac » : la préhistoire, l’Antiquité, le haut moyen âge, n’auraient-ils laissé en (ou plutôt sous) ces lieux aucune trace humaine ? Il semble douteux que la vallée du Bouès ait été complètement inhabitée avant 1298, et que l’archéologie n’ait pas son mot à dire – ce qui pourrait enrichir encore une future édition du livre. Mais, concentrée sur les siècles d’existence effective de Marciac, l’étude ne laisse rien à désirer en fait de rigueur scientifique, atteignant un niveau proprement universitaire (49 références bibliographiques) ; ce que les auteurs savent, chose rare, concilier avec un caractère propre à séduire un large public, et les brillantes illustrations, au nombre de 173, ne sont pas seules à y contribuer : le lecteur se voit interpellé (amicalement !) par des questions appelant à compléter le savoir acquis, et rappelant qu’une recherche historique n’est jamais vraiment close. Exemple : « D’où viennent les pierres utilisées pour construire la "grande muraille" de Marciac ? Celle ou celui qui trouve la réponse aura droit à une célébrité éternelle ! » Des questions point forcément vouées à rester sans réponse, pas même celles que pose aujourd’hui encore le sort connu par le cloître des Augustins après sa vente, en 1907. Autre question : « Mais où précisément à Marciac se trouve le terrain "de secours", dans lequel auraient été enterrés les pestiférés de 1653-54 ? » Il s’agit de l’épidémie meurtrière qui fut à l‘origine de la chapelle Notre-Dame de la Croix, inséparable du nom de Marie Dinguidard, et on remarque à l‘occasion que les peines, plus que les joies, marquent le passé marciacais. Si le XVIIe reste connu comme dramatique pour le plus grand nombre, il est plus étonnant d’apprendre qu’au XVIIIe, ici en tout cas, « la pauvreté et la précarité se conjuguent au quotidien », par suite du « net refroidissement du climat », mettant le vignoble à mal, et de l’effacement des vieilles libertés communales devant le pouvoir royal. Le siècle des Lumières ne brille pas pour tout le monde, d’autant que les élites locales, les « forces entreprenantes et férues d’initiatives », abandonnent le terroir pour les villes. Tout cela prépare la rébellion de 1776, en attendant une Révolution qui sera localement bien accueillie.
    Mais arrêtons ici un commentaire qui pourrait déflorer le sujet, pour noter cependant qu’après un long déclin (un tableau chiffré de l’évolution démographique depuis 1801 pourrait être ici le bienvenu), un incontestable réveil, une « redynamisation » ; ce dont tout visiteur peut se rendre compte, en particulier durant l’été. Un visiteur qui se voit offrir dans ces pages une aide précieuse, un petit guide lui indiquant « comment venir », « où se restaurer », « où se loger »… Les auteurs unissent le sens pratique à une réelle valeur littéraire, celle-ci d’autant plus remarquable quand on sait que Jacques Barnouin possède, à la base, une formation scientifique. Et n’oublions pas une pointe d’humour omniprésente !

    JPC ex-bibliothécaire à la Sorbonne, Paris

  • #11

    Evelyne Huart (dimanche, 22 février 2015 23:58)

    Quel immense plaisir de lire l'Histoire de notre village, de découvrir de nombreux faits historiques qui nous étaient inconnus. De voir que d'illustres personnages sont passés par là, et ceux qui sont à l'origine de la création du village. C'est un livre riche d'informations, de superbes images, de photos anciennes émouvantes, et de passages humoristiques absolument délicieux ! " Le fabuleux destin de Marciac" est incontournable ! A ne pas manquer !

  • #10

    Reçu par courrier d'Odette Ariès (mardi, 27 janvier 2015)

    Je vous félicite encore pour votre énorme et remarquable ouvrage sur le "fabuleux destin de Marciac", dans lequel j'ai beaucoup appris.

  • #9

    Envoyé par courriel par Jean-Loup Abbé (mardi, 27 janvier 2015 07:39)

    Il me semble que vous avez tout à fait atteint votre objectif : du sérieux, avec de l’ humour, pour un large public. La partie médiévale est bien présentée, pour autant que je puisse en juger, car je ne suis pas un spécialiste de l’histoire de Marciac.
    Vous avez su vous entourer des connaisseurs pour réaliser un texte à la fois dense et distrayant. Je ne puis que vous conseiller de continuer, comme vous l’envisagez.

    Jean-Loup Abbé
    Professeur des Universités (FRAMESPA, Toulouse)
    Thèmes de recherche :
    - Économie et société du monde rural en Languedoc (XIe-XVe siècle).
    - Espace, territoire, aménagement : les mutations du paysage rural médiéval.
    - Les relations société-milieu à travers le cas de l'aménagement des zones humides méditerranéennes au Moyen Âge.
    - Transformations des agglomérations médiévales.

  • #8

    Helene DETREZ (vendredi, 09 janvier 2015 08:22)

    Felicitations pour cet ouvrage! Ce fut une belle découverte, enrichissante !

    Ce livre/voyage dans le temps remplit parfaitement sa mission et donne envie de se replonger dans l'Histoire de France, de dévaliser le rayon Jazz de la Fnac, de réserver un billet pour Toulouse et d'aller découvrir par soi même le village Marciacais!

    Un enorme bravo pour le travail de recherche.
    Une fois commencé, il est très difficile de décrocher Du Fabuleux Destin de Marciac!

  • #7

    Reçu par courriel de Jacqueline Pétureau (jeudi, 08 janvier 2015 16:27)


    Bravo pour ce livre passionnant.

    Nous habitons à Pallanne au lieu-dit la Sallette (voir figure 17 du "Fabuleux destin) face à Monlezun. Lorsque nous avons acheté la métairie, qui est aussi une ancienne salle forte, une vieille agricultrice, aujourd’hui disparue, qui y avait habité nous a dit « et il y a un souterrain par ici, cela sonne creux lorsque les vaches passent dessus ».
    J’ai profité d’un goûter de Noël, samedi dernier, pour interroger les « anciens » de Pallanne sur le souterrain. Ils m’ont dit « quand nous étions enfants et que nous allions à l’école a Pallanne, il y avait un trou à moitié effondré que l’on appelait le souterrain. Nous avions envie d’y descendre mais ce n’était pas possible. Il se trouve maintenant sous l’angle de la salle des fêtes.
    Jean Sembrès m’a raconté sa visite au musée "Cloysters" à New York dans l’espoir de retrouver trace du cloître de Marciac. J’avais fait la même démarche spontanément il y a une vingtaine d’années, sans plus de succès.

  • #6

    de Rességuier Henri (mercredi, 19 novembre 2014 10:00)

    C'est une chance pour les habitants de Marciac de découvrir l'histoire de leur village présentée de façon originale, documentée, ludique et très illustrée.
    Bravo à Jacques Barnouin pour son travail!
    A l'approche de la période des cadeaux je recommande à tous de saisir l'occasion d'offrir:
    "Le fabuleux destin de Marciac"

  • #5

    Christian Darles (dimanche, 16 novembre 2014 11:31)

    Quelle belle érudition! Cet ouvrage nécessaire rend hommage à l'histoire complexe de Marciac et nous fait revivre les actes passionnés de ses habitants.
    Ces bâtisseurs, qui furent des paysans parfois obligés de se transformer en guerriers ont su adapter à leur terroir un modèle de ville nouvelle incomparable.
    Marciac est plus qu'un modèle elle en est une variation avec son tracé aux remparts arrondis à ses quatre angles.
    Bravo aux auteurs qui replacent le travail des hommes au sein d'une histoire toujours, et plus que jamais, vivante

  • #4

    Pierre (lundi, 10 novembre 2014 18:57)

    Le fabuleux destin de Marciac : un beau livre, bien illustré, original, très bien documenté et à l'écriture alerte, à lire avec ou sans fond musical.

  • #3

    Henri Lannes (jeudi, 16 octobre 2014 00:23)

    Déjà, le format "paysage" rend le livre sympathique.
    Sur une plaine marécageuse vouée sans avenir, émerge la bastide de Marciac qui malgré les vicissitudes des siècles, arrive à se forger un fabuleux destin.
    De la poésie, de l'humour et de la fantaisie jalonnent ce livre malgré tout très sérieux et très riche en informations, livre qui se veut également interactif. Un livre qui, selon moi, est l'antithèse d'un "Marciac pour les nuls".
    Après les pages consacrées à l'histoire de Marciac, une seconde partie de ce livre retrace la vie exaltante de JIM qui n'est autre que le célèbre festival de Jazz In Marciac.
    A consommer sans modération !



  • #2

    Natacha Courcelles (mardi, 14 octobre 2014 12:54)

    Bonjour
    félicitations pour votre travail !
    votre livre est vraiment très bien fait et il est très intéressant
    J'aime l'histoire en général et j'ai sauté dessus dès sa sortie

    tous mes vœux de réussite pour votre projet
    je me suis permise de faire un lien vers votre site de ma page http://www.chambres-a-marciac.com/-Nos-liens-.html

    bonne continuation
    bien cordialement
    Natacha Courcelles


  • #1

    BARNOUIN (lundi, 29 septembre 2014 10:17)

    Bonjour à tous ! Le Livre d'Or du "Fabuleux Marciac" est désormais fonctionnel. Vos commentaires, idées et propositions sur le site seront les bienvenus. A bientôt et bon vent !

2. Cliquez et contactez-nous

3. Adhérez à l'association MIM

Photo : J. Barnouin / © Ed. Un Autre Reg'Art
Photo : J. Barnouin

 

Si vous désirez participer au projet Marciac Intra Muros (MIM), un conseil : adhérez à l'association MIM  !

 

Pour adhérer à MIM (membre actif), merci d'envoyer à :

 

Association Marciac Intra Muros, 3 rue Notre-Dame 32230 Marciac

 

 

un chèque de 15 euros libellé à l'ordre de : "Association Marciac Intra Muros".

 

  Pour soutenir MIM (membre bienfaiteur), merci d'adresser un chèque de 40 euros

 

Vous recevrez, en réponse à votre envoi, un reçu d'adhésion et des informations associatives à l'adresse postale - ou préférablement à l'adresse électronique - que vous aurez précisée dans votre courrier d'adhésion. Trés sincèrement et à votre écoute.

 

 Pour MIM : J. Barnouin (président), E. Huart (secrétaire) et C. Darles (trésorier)

 

(MIM : Association n° W323001141 déclarée le 09/07/13 ; courriel : fabuleux[at]marciac.org ; identifiant SIREN : 803 562 164 ; identifiant SIRET du siège : 803 562 164 00019 ; catégorie juridique : 9220 Association déclarée ; déclaration n° D31437961611)